Centre

TCA

Psychothérapie

David Massal, Psychologue clinicien et psychothérapeute à Lyon

 

Centre TCA, Spécialisé dans les Troubles du Comportement Alimentaire (TCA)

 

Cabinet de consultation :

6 quai Jules Courmont 69002 Lyon

 

Prendre un rendez-vous : 06.61.61.92.81

dmassal@live.fr

d8839cac27f376a150f26d1f8d054d60

Thérapies psycho-dynamiques pour soigner les TCA

Pour traiter les TCA, plusieurs approches thérapeutiques sont possibles. Le choix devra être opéré par le psychologue, intégré dans un cadre multidisciplinaire de prise en charge du patient. David Massal, psychologue praticien à Lyon, accompagne de nombreux patients avec des thérapies psychodynamiques, mais également des thérapies d’intégration neuro-émotionnelle (EMDR), pour aider à soigner des troubles du comportement alimentaire (anorexie, boulimie, ou autres).

102274470

Une prise en charge multi-disciplinaire

Les troubles du comportement alimentaires (anorexie, boulimie, etc) sont des affectations à fort potentiel addictif, dont les mécanismes complexes mêlent les réactions d’un corps malade et des dysfonctionnements neuropsychiques et comportementaux. Dans les formes les plus sévères, ce sont des maladies chroniques. Dès lors, la prise en charge doit s’appuyer sur une analyse fonctionnelle de la situation pour éviter tout soin inapproprié qui pourrait nuire au malade. Elle doit être globale et intégrer des traitements nutritionnels, diététiques et psychanalytiques. La psychothérapie aidera notamment les malades à accroître leur estime personnelle ainsi que l’affirmation de soi.

Les thérapies psychodynamiques / psychanalytiques

A partir de la psychanalyse de Freud, de nombreuses méthodes et approches ont été explorées qui ont donné naissance aux psychothérapies psychanalytiques ou psychodynamiques. Celles-ci adaptent le cadre strict de la psychanalyse au niveau de la fréquence, de la durée, de la nature des séances. Mais elles restent basées sur la parole et le dialogue entre le psychologue et son patient en tête à tête. C’est l’exploration du passé et de ses traumatismes éventuels qui constitue la matière du travail thérapeutique pour comprendre ce que vit le patient au présent. Dans ce contexte, le thérapeute doit créer les conditions favorables à l’exploration du ressenti, à l’émergence de la parole, et au changement thérapeutique.

S’adressant à toute personne en recherche de mieux-être par rapport à des transitions de vie, des deuils et séparation, de l’anxiété, des difficultés relationnelles, les thérapies psychodynamiques sont également pratiquées dans des cas de troubles du comportement alimentaire. La méthode d’association libre de la psychanalyse est recommandée dans le cas des TCA : elle peut aider les patients à trouver d’autres moyens que l’alimentation pour lutter contre leurs angoisses. Association libre, neutralité bienveillante, interprétation des contenus inconscients, analyse du transfert restent les piliers de cette thérapie psychanalytique.

Toutefois, face à un patient souffrant d’anorexie ou de boulimie, on recommande l’utilisation du cadre psychanalytique anglo-saxon, moins rigide que le modèle français. Il permet de rassurer le patient pour qu’il puisse tout exprimer et ait ainsi la force de plonger dans son inconscient. Un échange verbal plus actif permet aussi au thérapeute d’expliquer très concrètement au patient les mécanismes de sa maladie.

Les thérapies d’intégration neuro-émotionnelle

Les personnes atteintes de TCA souffrent de dissociation sensorielle et émotionnelle. Avec la thérapie neuro-émotionnelle (EMDR), elles pourront intégrer sensations et cognitions par le biais des mouvements oculaires. En lien avec le cortex, ces mouvements permettent de s’approprier les événements douloureux ou traumatisants de leur passé, de les retraiter et de désamorcer ainsi les pensées négatives et l’anxiété qui en découlent et qu’elles ne maîtrisent pas.

D’autres approches complémentaires

La thérapie cognitive et comportementale spécifique (TCC – TCA) est destinée à aider le patient à trouver le lien entre son comportement alimentaire et ses émotions ou leur gestion. On travaille notamment sur des affirmations ou idées du patient telles que : « manger fait grossir », « si je grossis, je me sens coupable », etc. L’approche psychocorporelle travaille sur base des ressentis corporels des patients : il s’agit de psychomotricité associant étroitement les 3 niveaux d’organisation de l’être humain (biologique, émotionnel, mental).